Comment servir la Messe traditionnelle

Bien servir la Messe sans aucune difficulté

par le Rév. H.E. Calnan, D.D.

  Bien servir la Messe sans aucune difficulté

  Préface | Appendice  

 

AVANT LA MESSE

            Arrivez à la sacristie dix minutes avant l’heure. Assurez-vous que vos mains sont très propres. Si vous portez soutane et surplis, vérifiez que tous les boutons de la soutane soient bien mis. Si vous préparez le vin et l’eau, assurez-vous d’abord que les deux burettes sont parfaitement propres et sèches à l’intérieur. Vérifiez que les cierges sont allumés. Si le Prêtre souhaite que vous l’aidiez à s’habiller, il vous montrera comment le faire. Soyez très silencieux et ne parlez pas sans nécessité.

EN ROUTE VERS L’AUTEL

            Quand le Prêtre est prêt, prenez le Missel (à moins qu’il ne soit déjà sur l’autel) avec les deux mains par le bord inférieur, la tranche à votre gauche, et le bord supérieur appuyé sur votre poitrine. Inclinez-vous devant le crucifix de sacristie en même temps que le Prêtre, puis marchez vers l’autel un pas ou deux en avant du Prêtre. S’il y a de l’eau bénite à la porte de la sacristie, prenez-en du bout des doigts de la main droite, et offrez-en au Prêtre, puis signez-vous et continuez d’avancer vers l’autel.

A L’AUTEL

            Attendez au pied des marches du côté Épître (c’est le côté droit de l’autel quand on le regarde) que le Prêtre vous ait rejoint, à votre gauche. Tenez le Missel avec votre bras et votre main gauches, puis prenez la barrette du Prêtre de la main droite. A ce stade, faites la génuflexion quand le Prêtre la fait ou s’incline. Posez la barrette sur le siège ou à un endroit bien placé, sur le côté. (Si vous la laissez sur les marches, elle sera sans doute sur le passage, ce qui fera désordre.) Montez ensuite pour poser le Missel sur le pupitre, avec la tranche tournée vers le centre de l’autel. N’ouvrez pas le Missel. Tournez-vous à droite, descendez les marches latérales, tournez-vous à gauche et dirigez-vous vers la droite en contournant les marches, faites la génuflexion au milieu, et allez vous agenouiller sur le sol au pied des marches de face, du côté Évangile (c’est le côté gauche de l’autel quand on lui fait face). Ainsi le Prêtre sera à votre droite quand il redescendra les marches pour commencer la Messe.

LA MESSE COMMENCE

            Faites le signe de la Croix en même temps que le Prêtre. Vos réponses sont imprimées ici en capitales noires. Dites bien toutes les syllabes de tous les mots. Une bonne façon de faire est de chercher les voyelles (a, e, i, o et u) et de vous habituer à prononcer chacune d’elles, les autres lettres viendront bientôt. L’accent sur une syllabe signifie qu’il faut prononcer cette syllabe (ou cette voyelle) plus fort que toutes les autres syllabes du mot: par exemple, Dóminus, Confíteor, laetíficat, juventútem. (Vous trouverez d’autres indications à la fin de ce livre.) Ne pas hésiter, et ne pas presser. Il n’est pas souhaitable de faire les réponses à toute vitesse, c’est tout simplement bête et, en outre, souvent irrévérencieux, car si des fragments de mots sont escamotés, le sens des réponses sera altéré ou perdu, or ces réponses ont une signification très importante. Ne vous pressez donc pas, le Prêtre sera heureux de vous attendre s’il s’aperçoit que vous êtes appliqué.

 

In nómine Patris, et Fílii, + et Spíritus Sancti. Amen. Introíbo ad altáre Dei.
Ad Deum qui laetíficat juventútem meam.

(Quand le Prêtre porte des vêtements noirs, ou durant le temps de la Passion juste avant Pâques, il saute directement d’ici au n°7 "Adjutorium").

Júdica me, Deus, et discérne causam meam de gente non sancta: ab hómine iníquo et dolóso érue me.
Quia tu es, Deus, fortitúdo mea: quare me repulísti, et quare tristis incédo dum afflígit me inimícus?

Emítte lucem tuam, et veritátem tuam: ipsa me deduxérunt, et adduxérunt in montem sanctum tuum et in tabernácula tua.
Et introíbo ad altáre Dei: ad Deum qui laetíficat juventútem meam.

Confitébor tibi in cíthara, Deus, Deus meus: quare tristis es ánima mea, et quare contúrbas me?
Spera in Deo, quóniam adhuc confitébor illi: salutáre vultus mei et Deus meus.

Glória Patri, et Fílio, et Spirítui Sancto.
Sicut erat in princípio, et nunc, et semper, et in saécula saeculórum. Amen.

Introíbo ad altáre Dei.
Ad Deum qui laetíficat juventútem meam.

Adjutórium + nostrum in nómine Dómini.
Qui fecit caelum et terram.

Confíteor Deo ... etc.(Le Prêtre dit maintenant le “Je confesse à Dieu”. Vous le direz vous-même après la réponse ci-après. Le Prêtre termine avec ces mots:)


"orare pro me ad Dóminum Deum nostrum."

(Inclinez-vous un peu vers le Prêtre en disant:)

Misereátur tui, omnípotens Deus, et, dimíssis peccátis tuis, perdúcat te ad vitam aetérnam.
Amen.

(Inclinez-vous vers l’autel en disant:)

Confíteor Deo omnipoténti, beátae Maríae semper Vírgini, beáto Michaélo Archángelo, beáto Joánni Baptístae, sanctis Apóstolis Petro et Paulo, ómnibus Sanctis, (tournez-vous légèrement vers le Prêtre) et tibi, Pater, quia peccávi nimis cogitatióne, verbo et ópere: ("c’est ma faute"; frappez-vous la poitrine à chaque fois.) mea culpa, mea culpa, mea máxima culpa. Ideo precor beátam Maríam semper Vírginem, beátum Michaélem Archángelum, beátum Joánnem Baptístam, sanctos Apóstolos Petrum et Paulum, omnes Sanctos, (tournez-vous légèrement vers le Prêtre) et te, pater, oráre pro me ad Dóminum Deum nostrum. (Restez incliné).

Misereátur vestri omnípotens Deus, et, dimíssis peccátis vestris, perdúcat vos ad vitam aetérnam.
Amen (Mettez-vous à genoux, droit, + et faites le signe de Croix avec le Prêtre)

Indulgéntiam, absolutiónem et remissiónem peccatórum nostrórum tríbuat nobis omnípotens et miséricors Dóminus.
Amen. (Inclinez-vous légèrement).

Deus, tu convérsus vivificábis nos.
Et plebs tua laetábitur in te.

Ostende nobis, Dómine, misericórdiam tuam.
Et salutáre tuum da nobis.

Dómine, exáudi oratiónem meam.
Et clamor meus ad te véniat.

Dóminus vobíscum.
Et cum spíritu tuo.

Orémus. (Pas de réponse)

Au mot "Oremus", le Prêtre va monter à l’autel. Aussitôt, levez-vous, faites un pas vers la gauche, et agenouillez-vous sur la marche. (Toutefois, si ce niveau est aussi celui du Prêtre, agenouillez-vous sur le sol.)

            Le Prêtre va au Missel, et il dit l’Introit. Votre prochaine réponse se situe au moment où il revient au milieu, et dit:

 

Kýrie eléison.
Kýrie eléison.
Kýrie eléison.

Christe eléison.
Christe eléison.
Christe eléison.

Kýrie eléison.
Kýrie eléison.
Kyrie eléison. (Pas de réponse.) Remarquez la place de vos réponses: un Kyrie, deux Christe, puis un Kyrie.

Très souvent, mais pas toujours, le Prêtre dit alors le Gloria. Ne dites pas "Amen" à la fin, votre prochaine réponse sera quand le Prêtre se retourne et dit:

Dóminus vobiscum.
Et cum spíritu tuo.

Le Prêtre retourne alors au Missel et lit la Collecte. Observez et écoutez. Il prie pour vous et pour nous tous. Il va s’incliner, puis il terminera la Collecte par ces mots

...Per ómnia saécula saeculórum.
Amen. (Parfois, il y a plusieurs oraisons, et on répète cette section)

Le Prêtre lit alors l’Épître. Regardez-le. A la fin, il va vous faire signe, en tournant la tête, en levant la main ou en posant la main gauche sur l’autel. Dites aussitôt:

Deo Grátias.
  • (NOTE. Pendant l’Avent et le Carême, et à certains jours des Quatre Temps, si le Prêtre porte des vêtements violets, soyez prêt à le voir aller directement au Missel après le Kyrie, et avant le "Dominus Vobiscum" pour dire plusieurs collectes et oraisons. Dans ce cas, chaque fois que vous entendez "Per omnia saécula saeculórum," répondez aussitôt "Amen", et chaque fois que le Prêtre vous fait signe après une oraison, répondez "Deo gratias". MAIS NE DÉPLACEZ JAMAIS LE MISSEL AVANT QUE LE PRÊTRE N’AIT DIT "DOMINUS VOBISCUM" APRÈS LE KYRIE. Cette règle vous sera très utile.

Après avoir dit "Deo Gratias", levez-vous, faites une génuflexion au milieu, contournez les marches du côté Épître, puis restez debout sur la marche la plus basse à la droite du Prêtre, mais légèrement derrière lui. Quand il s’éloigne du Missel, prenez ce dernier avec son pupitre, tournez-vous à gauche, descendez les marches en oblique vers le centre, faites la génuflexion, puis remontez les marches en oblique et posez le Missel avec son pupitre à l’extrémité de l’autel du côté Évangile, légèrement orienté vers le centre de l’autel. Tournez-vous à gauche, descendez une marche sur le côté, tournez-vous à droite pour faire face au Missel, et attendez ainsi pour répondre au Prêtre quand il dit:

Dóminus vobíscum.
Et cum spíritu tuo.

Sequéntia sancti Evangélii secúndum (Matthaeum)
Glória tibi, Dómine.

Faites un signe de Croix sur votre front, vos lèvres et votre coeur (avec le dessus de votre pouce droit, main ouverte), en même temps que le Prêtre. Puis attendez un moment, vous entendrez probablement le Saint Nom de Jésus, inclinez alors la tête. Puis tournez-vous à droite, descendez, et dirigez-vous vers la gauche vers le côté Épître (avec une génuflexion au centre), arrêtez-vous en face des marches, juste avant leur extrémité, puis tournez-vous à gauche et faites face au Missel pendant que le Prêtre lit l’Évangile. Quand il a terminé, soyez prêt pour répondre aussitôt:

Laus tibi, Christe. Puis tenez-vous droit, à genoux.

Le dimanche et certains jours de fête, le Prêtre dit maintenant le Credo. Restez à genoux, et inclinez la tête quand le Prêtre fait la génuflexion en disant "Et incarnatus est". (En Angleterre, la coutume veut que le servant soit debout pendant le Credo. Ce n’est pas une mauvaise chose.)

Ensuite, qu’il ait dit ou non le Credo, le Prêtre se retourne et dit:

Dóminus vobíscum.
Et cum spíritu tuo.

OFFERTOIRE AND LAVABO

Levez-vous et allez directement à la crédence. Prenez le vin de la main droite et l’eau dans la gauche. Allez à l’extrémité Épître de l’autel et attendez-y le Prêtre. Vous devez être debout sur la première marche à partir du haut, avec le côté latéral de l’autel juste au niveau de votre visage (mais sans le toucher).

            Quand le Prêtre vient avec le calice à l’extrémité de l’autel, prenez la burette de vin qui se trouve dans votre main droite et présentez-la au Prêtre, la poignée (s’il y en a une) tournée vers lui. Faites aussitôt passer la burette d’eau dans votre main droite. Recevez du Prêtre le vin de la main gauche et présentez-lui l’eau de la main droite, puis reprenez cette eau avec la même main. (Note: il faut baiser les burettes quand on les présente au Prêtre et quand on les reprend. Toutefois, en Angleterre, la coutume des laïcs est de ne pas le faire.)

            Inclinez-vous devant le Prêtre, puis revenez à la crédence avec les burettes. Posez-les, puis prenez le manuterge (linge pour les mains) et posez-le sur votre poignet gauche. Prenez le bassin de la main droite et la burette d’eau de la gauche, et retournez à l’autel. Cette fois, vous ne devez pas être au niveau du côté de l’autel, mais à un pas ou deux plus à gauche, de sorte que le Prêtre soit exactement en face de vous quand il s’approche. Le Prêtre va tendre ses doigts au-dessus du bassin. Versez doucement de l’eau sur eux, la recueillant dans le bassin tenu dessous. Le Prêtre va prendre le manuterge de votre poignet, essuyer ses doigts et vous rendre le manuterge. Inclinez-vous et retournez à la crédence où vous déposez tous les objets en bon ordre.

            Revenez à votre place côté Épître, et emportez la clochette avec vous (si elle est sur la crédence), sans la faire sonner. Agenouillez-vous.

            Faites tout cela en douceur, sans perdre de temps et sans précipitation. Très bientôt, le Prêtre va se retourner et dire (à voix basse):

Oráte, fratres...

Attendez qu’il se retourne vers l’autel, puis répondez ainsi:

Suscípiat Dóminus sacrifícium de mánibus tuis, ad laudem et glóriam nóminis sui, ad utilitátem quoque nostram, totiúsque Ecclésiae suae sanctae.

PRÉFACE

Le Prêtre va bientôt tourner les pages du Missel pour trouver la Préface. Il pose ses mains sur l’autel, puis il dit:

...per ómnia saécula saeculórum.
Amen.

Dóminus vobíscum.
Et cum spíritu tuo.

Sursum corda.
Habémus ad Dóminum.

Grátias agámus Dómino Deo nostro. (Inclinez-vous légèrement)
Dignum et justum est.

Le prêtre dit alors la Préface. A la fin, il baisse la voix, joint les mains et dit à voix basse "Sanctus, Sanctus, Sanctus…". Quand vous le voyez et l’entendez dire cela, donnez par trois fois deux coups de clochette.

            Observez le Prêtre maintenant. Il présente à Dieu l’adoration que vous devez au Tout-Puissant et que vous ne pouvez offrir en dehors de la Messe et sans un Prêtre. A ce moment, vous ne devez pas lire des prières personnelles, mais participer activement à ce grand acte d’Adoration publique qui est l’œuvre de notre Divin Maître et de son Église, accompli par l’intermédiaire du Prêtre, et avec votre aide. Vous faites maintenant partie intégrante de la liturgie. Pour garder votre âme unie à elle pendant ces instants, vous pouvez dire sans cesse dans votre cœur: «Seigneur Jésus, aidez-moi s’il vous plait à jouer parfaitement mon rôle.»

            Observez le Prêtre. Vous verrez que ses mains sont séparées, juste au niveau de ses épaules. Ensuite, il les joint, et incline la tête pendant quelques instants: il prie spécialement pour les personnes vivantes, sans doute en particulier pour vous. Observez-le: il va de nouveau séparer ses mains, et demander, par leurs prières, l’assistance de Notre-Dame, des Apôtres, des Martyrs et de tous les Saints. Puis il va joindre les mains de nouveau, et quand vous le verrez étendre les bras et tendre les mains, paumes vers le bas, au-dessus du Calice, alors, mais pas avant, donnez deux brefs coups de clochette.


CONSÉCRATION

Posez alors la clochette – sans sonner – sur la marche la plus haute. Allez vous agenouiller doucement à la droite du Prêtre, mais derrière lui, au niveau juste en dessous de celui où il se tient. Ne touchez pas encore sa chasuble (le vêtement de dessus, de couleur), et agenouillez-vous en silence. Puis:

            1. a) Quand le Prêtre fait la génuflexion, inclinez-vous profondément, sonnez deux coups, et redressez-vous, toujours à genoux.

            b) Quand le Prêtre lève («élève») la Sainte Hostie, soulevez un peu le bas de la chasuble avec la main gauche, levez les yeux et adorez Notre Seigneur, («Mon Seigneur et mon Dieu»), puis sonnez deux coups et quand le Prêtre abaisse les mains, relâchez la chasuble.

            c) Quand le Prêtre fait une nouvelle génuflexion, inclinez-vous encore, sonnez deux coups et redressez-vous, toujours à genoux et en silence.

            2. Répétez les trois gestes précédents quand le Prêtre a) adore, b) élève, et c) adore de nouveau le Précieux Sang dans le calice.

            Ensuite, très doucement, prenez la clochette, levez-vous, tournez-vous à gauche, descendez les marches, tournez-vous à droite et allez vous agenouiller à l’endroit où vous étiez avant la Consécration. POSEZ LA CLOCHETTE A TERRE DOUCEMENT.


APRÈS LA CONSÉCRATION

Notre Divin Maître, en se servant du Prêtre comme intermédiaire entre Lui et vous dans son Église, s’offre maintenant lui-même à Dieu le Père pour acquitter notre dette d’honneur et de louange à Dieu. Il demande aussi à Dieu le Père de vous accorder, ainsi qu’à nous tous, les grâces et les bénédictions que nous ne pouvons acquérir sans Lui. Il présente une nouvelle fois à Dieu le Père le même Sacrifice qu’il a offert au Calvaire sur la Croix, le présentant avec tous les membres de son Église, en leur faveur. Ainsi, plus ses membres sont unis à la Messe, et plus abondamment ils en partagent les fruits. Portez seulement un regard sur vous-même. Vous aidez réellement à offrir la Messe dignement: dans la Messe, vous êtes unis à Notre Seigneur plus intimement que quiconque, à l’exception du Prêtre. Ainsi votre part aux fruits de la Messe peut facilement être plus riche que celle de quiconque, à l’exception du Prêtre. C’est là un grand privilège pour vous. Ne cessez pas de penser à cela, et ne soyez pas distrait à ce moment-là en essayant de dire des prières de votre cru. Notre Divin Maître est en train de prier pour vous. Remerciez-le d’accomplir ici une tâche si parfaite.

            Même si vous allez recevoir la Sainte Communion, vous ne pouvez mieux vous préparer qu’en servant la Messe aussi parfaitement, avec autant de soin et autant d’amour que vous le pouvez. Vous êtes en ce moment très près de Notre Seigneur, vous oeuvrez pour Lui et avec Lui; vous L’aidez à accomplir la plus grande action de Sa vie. Il vous connaît parfaitement, et il sait ce que vous pensez. Le service que vous faites est la meilleure préparation possible au moment où Il se donnera à vous.

            Observez alors le Prêtre en permanence, autant que vous le pouvez et avec une grande déférence. Vous le verrez et entendrez bientôt rappeler, à lui-même et à nous tous, que nous sommes pêcheurs, ayant besoin de sa miséricorde; il va se frapper la poitrine, disant à voix basse "Nobis quoque peccatoribus". Frappez-vous aussi la poitrine et souvenez-vous que cette Messe est identique au Sacrifice du Calvaire, qui a été offert pour sauver les pêcheurs, et que par Jésus, avec Lui et en Lui, Dieu le Père reçoit de notre part tout honneur et toute gloire.


PATER NOSTER ET AGNUS DEI

Le Prêtre, après une génuflexion, pose les mains sur l’autel, et dit à voix haute:

...per ómnia saécula saeculórum.
Amen.

Orémus.... Le Prêtre récite seul le Pater; suivez-en le texte dans votre esprit, car vous connaissez cette prière en Français, c’est le Notre Père. Elle se termine ainsi:

...et ne nos indúcas in tentatiónem.
Sed líbera nos a malo.

Regardez bien. Vous verrez le Prêtre fractionner la Sainte Hostie en trois parties, et en tenir une partie au-dessus du calice en disant à voix haute:

...per ómnia saécula saeculórum.
Amen.

Pax Dómini sit semper vobíscum.
Et cum spíritu tuo.

Le Prêtre fait alors la génuflexion, puis dit l’Agnus Dei. Regardez et écoutez. Il le dit pour vous. Frappez-vous trois fois la poitrine en même temps que lui. «Agneau de Dieu qui enlevez le péché du monde, prenez-nous en pitié. Agneau de Dieu qui enlevez le péché du monde, prenez-nous en pitié. Agneau de Dieu qui enlevez le péché du monde, donnez-nous la paix.» Si vous remarquez qu’à l’Agnus Dei, le Prêtre ne tient pas la Sainte Hostie, tandis qu’au Domine non sum dignus, il la tient, alors vous serez assuré de sonner au bon moment.


COMMUNION DU PRÊTRE

Le Prêtre reste légèrement incliné, et il récite trois merveilleuses prières pour se préparer lui-même, le Prêtre du Sacrifice, à être uni par la Sainte Communion à la Victime du Sacrifice, et à mener ainsi le Sacrifice à son achèvement. Après ces prières, il fait une autre génuflexion et prend la Sainte Hostie. Regardez bien, vous le verrez à nouveau frapper sa poitrine trois fois, mais cette fois bien plus lentement, en disant trois fois:

Domine, non sum dignus... Si vous n’y prêtez pas attention, vous ne l’entendrez peut-être pas dire ces mots, parce qu’il doit les dire à voix basse (bien que distinctement). Observez-le donc bien pour le voir se frapper la poitrine quand il tient la Sainte Hostie, et sonnez deux coups brefs à chaque fois. Bientôt vous serez capable de dire avec lui, et de servir ainsi à la perfection: «Seigneur, je ne suis pas digne que Vous entriez sous mon toit, mais dites seulement une parole et mon âme sera guérie.» (Trois fois)

Inclinez alors la tête légèrement et restez immobile quand le Prêtre reçoit la Sainte Hostie. Attendez qu’il fasse la génuflexion, puis levez-vous, prenez la clochette (sans sonner) et allez directement (sans génuflexion) à la crédence. Posez la clochette. Regardez si quelqu’un s’approche de la table de Communion. S’il y des Communiants, prenez le plateau de communion. Si vous-même communiez, allez sans génuflexion jusqu’à la plus haute marche de l’autel, côté Épître, et agenouillez-vous. Sinon, agenouillez-vous sur la marche la plus basse, côté Épître. Le Prêtre va se retourner en tenant une petite Hostie, et dire:

Ecce Agnus Dei, ecce qui tollit peccáta mundi.

Il ajoute la prière suivante, trois fois à voix haute. Frappez-vous la poitrine à chaque fois. Dans certaines paroisses, la coutume est que tous se joignent au Prêtre, à haute voix.

Dómine, non sum dignus, ut intres sub tectum meum, sed tantum dic verbo et sanábitur ánima mea.

Recevez Notre Seigneur avec déférence, en tenant le plateau de communion sous votre menton. Ne répondez pas "Amen". Levez-vous ensuite aussitôt et accompagnez le Prêtre jusqu’aux communiants, du côté Épître de la table de communion. (Ou, s’il n’y a pas de table de communion, là où les communiants sont agenouillés.) Précédez le Prêtre le long de chaque ligne de communiants, en tenant le plateau sous le menton de chacun d’eux. Si une Hostie tombe dans le plateau, ne paniquez pas, c’est pour cela que le plateau est fait. Laissez simplement le Prêtre reprendre l’Hostie, puis continuez le long de la ligne, le Prêtre récupèrera plus tard les éventuels fragments, mais vous devez faire très attention à ne pas en laisser un tomber à terre.

Il peut arriver qu’un communiant veuille, à tort, recevoir Notre Seigneur dans la main. Vous devez permettre au Prêtre de prendre la décision qui convient. Déplacez simplement le plateau un peu sur le côté ou tenez-le entre le Prêtre et les mains du communiant. N’essayez jamais de résoudre le problème en plaçant le plateau sur les mains du communiant. Il serait alors possible qu’une scène pénible en résulte, ce qui déplairait bien davantage à Notre Seigneur. Laissez le Prêtre trouver le moyen de persuader le communiant d’ouvrir la bouche!

            Après le dernier communiant, accompagnez le Prêtre à l’autel. Il se peut qu’il vous reprenne le plateau. S’il ne le fait pas, posez-le sur l’autel près du centre, de façon à ce que le Prêtre le voie. Puis allez aussitôt à la crédence, et prenez les burettes: vin dans la main droite et eau dans la gauche. Remontez doucement vers le Prêtre au milieu de l’autel (pas trop près). Quand il vous tend le calice, versez-y très lentement du vin (sans eau) jusqu’à ce qu’il vous dise d’arrêter. (La bonne quantité à ce moment est à peu près la même que celle que le Prêtre a versée pour être consacrée, mais c’est le prêtre qui en décidera.) Allez à l’extrémité Épître de l’autel, et quand le Prêtre vient vers vous, versez d’abord du vin très doucement sur ses doigts dans le calice, jusqu’à ce qu’il vous dise d’arrêter. (Ce sera une très petite quantité.) Ensuite, versez doucement de l’eau de la même façon.

            (Tout ceci doit être fait au-dessus de la table d’autel. Le Prêtre ne doit pas être obligé de tenir le calice directement au-dessus du sol. Il fera cela seulement dans le cas où le servant est très petit de taille. Veillez donc à vous tenir à la bonne place, le côté latéral de l’autel étant juste en face de vous. Si vous prenez la précaution, à ce moment, de tenir la burette dans la main droite, avec le pouce près de la base et juste sous le bec, et seulement deux ou trois doigts à l’opposé du pouce, vous éviterez aisément la maladresse de nombreux servants qui doivent remuer les coudes et les épaules, voire déplacer tout le corps de côté pour extraire un peu de liquide d’une petite burette.)

            Quand le Prêtre retourne au centre, rapportez les burettes sur la crédence, ainsi que, s’il y a eu des communiants, le plateau de communion, et laissez tout en ordre.

            Maintenant, il vous faut déplacer le Missel. Allez au centre en contournant les marches, faites la génuflexion, continuez de même et montez les marches latérales du côté Évangile. Soulevez le missel et son pupitre bien haut et sans vous approcher du Prêtre, tournez-vous à droite et redescendez en oblique, faites la génuflexion au milieu, et allez en oblique vers le côté Épître de l’autel; placez le Missel et le pupitre là où ils étaient au début de la Messe. Souvenez-vous que de ce côté, le Missel est toujours dans l’axe de l’autel. Tournez-vous à droite, redescendez les marches latérales, tournez-vous à gauche et contournez les marches vers la droite, faites la génuflexion au milieu, puis allez vous agenouiller sur la marche la plus basse, côté Évangile, là où vous étiez au début de la Messe.


APRÈS LA COMMUNION

Le Prêtre va couvrir le calice, et s’approcher du Missel pour lire la Post-Communion. Puis il revient au centre et dit:

Dóminus vobíscum.
Et cum spíritu tuo.

Il retourne au Missel pour lire certaines oraisons comme celles qu’il a lues avant l’Épître. Elles se terminent ainsi:

...per ómnia saécula saeculórum.
Amen.

Il peut, là-aussi, y en avoir deux. Le Prêtre revient ensuite au centre, se tourne vers le peuple et dit:

Dóminus vobíscum.
Et cum spíritu tuo.

Ite,missa est.
Deo grátias.

Il peut, là-aussi, y en avoir deux. Le Prêtre revient ensuite au centre, se tourne vers le peuple et dit:

Benedícat vos omnípotens Deus, Pater, + et Fílius, et Spíritus Sanctus.
Amen.


Restez à genoux jusqu’au moment où le Prêtre vient en face de vous pour lire le Dernier Évangile sur le canon d’autel. Tenez-vous alors debout.

Dóminus vobíscum.
Et cum spíritu tuo.

Inítium sancti Evangélii secúndum Joánnem.
Glória tibi,Dómine.

Tournez-vous à droite, faites la génuflexion au centre, puis allez à l’endroit où vous étiez pour le premier Évangile, dans la même attitude. Faites la génuflexion avec le Prêtre, et il termine ainsi:

...plenum grátiae et veritátis.
Deo grátias.

Le Prêtre descend les marches et s’agenouille au milieu de la marche la plus basse pour réciter les prières après la Messe. S’il y a un canon d’autel pour cela, ayez-le en main et agenouillez-vous à la droite du Prêtre.

Si le Missel doit être rapporté à la sacristie, montez le chercher au moment où le Prêtre monte chercher le calice, à la fin des prières après la Messe. Prenez sa barrette. Vous le rejoignez au pied des marches. (Vous êtes à sa droite.) Faites la génuflexion quand le Prêtre la fait ou quand il s’incline, puis tendez-lui sa barrette.

            Mettez-vous calmement en marche et précédez le Prêtre vers la sacristie. Placez-vous à la gauche du Prêtre et inclinez-vous comme lui vers le Crucifix. Tournez-vous ensuite vers le Prêtre et inclinez-vous devant lui. Puis posez le Missel, si vous l’avez entre les mains, et retournez à l’autel pour le mettre en ordre. Éteignez les cierges (utilisez un éteignoir, ne soufflez pas dessus) et rapportez à la sacristie tout ce qui doit y être. Vous devez aussi parfois nettoyer et sécher les burettes et le bassin. Quand tout cela est fait, vous pouvez retirer votre soutane et votre surplis, et vous laissez tout en ordre.

            Cependant, votre travail n’est pas tout à fait fini. Si vous avez reçu la Sainte Communion, vous avez encore à rendre grâce. Et même si vous n’avez pas communié, vous devez remercier Notre Seigneur de vous avoir permis de servir cette Messe. Remerciez-le avec simplicité et attention. Demandez-lui de vous faire toujours mieux comprendre quelle merveilleuse faveur il vous a faite: demandez-Lui de vous aider à toujours mieux servir, demandez-lui de vous en faire souvenir tout au long de la journée. Puis dites un Je vous salue, Marie, et demandez à Notre Dame de prendre soin de vous, de manière à être toujours fière et heureuse de vous voir servir à l’autel de Son Divin Fils.

Appendice

  Préface

N.B. This edition of How to Serve the Latin Mass (5th Edition by Widdowson's 1948), because it was published prior to 1962, may not entirely agree with the rubrics of the 1962 Missale  Romanum.

www.SanctaMissa.org
Tutoriel pour la Messe Tridentine en Latin (Français) | Tutorial on the Tridentine Latin Mass (English)
Tutoriel en ligne pour les prêtres | Rubriques du Missale Romanum de 1962 | Apprendre à servir la Messe
Spiritualité de la Messe tridentine | Livres liturgiques et ressources | Musique sacrée de la liturgie
De la Sacristie à l'Autel | L'année liturgique

Questions souvent posées | Lettre du Supérieur
 Dédicace du site Web | Nous contacter | Comment nous aider

Copyright © 2008. Les Chanoines Réguliers de Saint-Jean-de-Kenty. Tous droits réservés.