Sancta Missa

Lexique des mots

 

  
 
Abel -- Fils d'Adam et d'Ève, que son frère Caïn tua par jalousie, parce qu'il était bon, juste, et que ses sacrifices étaient agréables à Dieu.

Ablution -- Lavage. Le prêtre, après la communion, fait verser un peu de vin et d'eau sur ses doigts et dans le calice pour les laver, c'est-à-dire pour recueillir les parcelles d'Hostie et les gouttelettes de Précieux Sang *. Ce serait une profanation de les laisser se perdre. Il y a deux ablutions à la messe : 1° l'ablution du calice avec du vin ; 2° l'ablution des doigts et du calice avec du vin et de l'eau. Le servant doit verser doucement sur les doigts, et non à côté. || Prendre les ablutions : boire le vin et l'eau des ablutions.

Absoute -- Absolution, pardon. -- Prière solennelle commençant par le mot Libera, pendant la cérémonie des funérailles. À la fin, le prêtre asperge d'eau bénite le défunt, afin que son âme soit purifiée et obtienne le pardon de ses fautes. Puis, il l'encense pour l'honorer, parce que nos corps sont les temples du Saint-Esprit.

Acolyte -- Quatrième ordre mineur, qui confère le pouvoir de porter les chandeliers dans les offices liturgiques, de présenter le vin et l'eau à la messe. Les acolytes, en l'absence du diacre et du sous-diacre, servent le prêtre à l'autel.

Adulte -- Celui qui a dépassé l'âge de l'enfance.

Alléluia -- Mot hébreu signifiant : louange à Dieu. C'était, chez les Juifs, un cri de joie et de triomphe. On chante l'Alléluia surtout pendant le temps pascal, qui est un temps de joie spirituelle pour les âmes, à cause de la résurrection de Jésus-Christ.

Ambon -- Tribune à laquelle on montait par des degrés, à l'entrée du choeur. Autrefois, aux messes solennelles, on chantait l'Épître et l'Évangile à l'ambon. Sur le degré inférieur, on chantait un psaume appelé, pour ce motif, Graduel.

Antependium -- Devant d'autel, ordinairement brodé et riche, pour embellir l'autel, aux offices solennels.

Antienne -- (ante, avant). Courte prière, extraite ordinairement de l'Évangile ou d'un psaume, qu'on chante avant et qu'on répète après chacun des psaumes, aux diverses parties de l'Office, Vêpres, Complies, etc...

Apparence -- Ce qui paraît. À la consécration, il y a des choses qui changent : le pain, le vin deviennent le Corps et le Sang de N. S. Il y a des choses extérieures qui ne changent pas : la couleur, la forme, le goût. Ces choses extérieures sont appelées les apparences. On dit encore : les espèces.

Arc -- Terme d'architecture désignant la courbe de la voûte ou d'une fenêtre d'église. Tantôt l'arc semble brisé : c'est l'arc d'ogive ; tantôt il a la forme d'une demi-circonférence : c'est l'arc de plein cintre, ou arc roman, ou renaissance.

Archange -- Ange d'un ordre supérieur. || À la voix de l'Archange, (épître aux Thess.) désigné par Dieu, peut-être saint Michel, et au son de la trompette, le Seigneur apparaîtra. Saint Paul fait aux Thessaloniciens la description de la fin du monde et du jugement dernier.

Asperger -- Jeter de l'eau bénite pour bénir, pour purifier.

Autel -- (en latin, Altare, lieu élevé). Table de pierre ou de bois, sur laquelle le prêtre célèbre la messe. Pendant les premiers siècles, on disait la messe sur les tombeaux des martyrs. Aujourd'hui encore, l'autel a souvent la forme d'un tombeau, et il consiste essentiellement dans une pierre creuse où sont enfermés des ossements, reliques des saints (voir Pierre sacrée).   

Banquette -- Long banc rembourré, placé à proximité de l'autel, où s'assoient le prêtre et les autres ministres pendant les offices. Plus souvent la banquette comprend trois sièges, un au milieu, pour le prêtre, deux de chaque côté, pour les ministres inférieurs ou les servants.

Barrette -- Bonnet carré à l'usage du prêtre pendant les offices. Le prêtre met la barrette pour aller de la sacristie à l'autel, pour en revenir, quand il est assis à la banquette, dans les processions, etc...

Bréviaire -- (brevis, bref, abrégé) Livre de prière à l'usage des prêtres. Le bréviaire contient les différentes parties de l'Office divin (voir Office). Autrefois, l'Office divin était long. Un pape l'abrégea, d'où le nom de bréviaire.

Canon -- (grec, kanôn, règle, décret). 1° Partie essentielle et invariable de la messe, depuis la fin du Sanctus jusqu'au Pater ; 2° Catalogue des Saints, à qui l'Église a décrété un culte public. Canoniser : inscrire au Canon, au catalogue des Saints. 3° Décision d'un concile : les canons du concile de Trente. || Canons d'autel : trois tableaux placés à l'autel, sous les yeux du prêtre, et contenant des prières importantes et invariables de la messe.

Capitule -- masc. Petit chapitre. Le capitule est une courte lecture que fait le prêtre à Vêpres, après le chant des cinq psaumes. On se tient debout pendant le capitule.

Carton -- Tableau sur lequel le prêtre lit certaines prières usuelles.

Cassolette -- Vase à brûler des parfums.

Catacombes -- fém. plur. Galeries souterraines, à Rome, où les premiers chrétiens enterraient leurs morts. Ils s'y cachèrent pendant les persécutions et y exerçaient le culte. Certaines ont de vingt à trente kil. de long. On y trouve des chambres appelées cubicula. Les caveaux où étaient placés les morts se nomment loculi.

Catafalque --- masc. Sorte d'estrade, en forme de cercueil, élevée à l'entrée du choeur, pendant les cérémonies funèbres. Aux enterrements, on glisse le cercueil dessous.

Catéchumène -- On désigne ainsi ceux que les prêtres instruisent et préparent au baptême. Dans les premiers siècles, on n'administrait le baptême solennel que la veille de Pâques et la veille de la Pentecôte. Aujourd'hui les prêtres bénissent l'eau baptismale ces jours-là.

Célébrant -- Prêtre qui dit, célèbre la messe.

Cénacle -- Salle où N. S. entouré de ses Apôtres fit la dernière cène, à Jérusalem. Après la Résurrection, on transforma le Cénacle en une petite église qui dura trois cents ans. Rebâtie au IVe siècle, puis une seconde fois par les Croisés. L'église des Croisés subsiste encore aujourd'hui.

Cérémoniaire -- Clerc chargé de diriger les cérémonies.

Ciboire -- (latin, cibus, nourriture). Vase sacré dans lequel on conserve les saintes Hosties, nourriture des âmes.

Cierge pascal -- Cierge qu'on bénit le Samedi saint pour signifier et symboliser la résurrection de N. S. On y fixe cinq grains d'encens en forme de croix, pour rappeler les aromates dont le corps de Jésus fut embaumé. Ce cierge est allumé chaque dimanche à la grand-messe, durant le temps pascal, d'où son nom de cierge pascal. On l'éteint après l'Évangile de l'Ascension, pour signifier que Jésus a quitté ce monde en ce jour.

Cierge triangulaire -- Cierge spécial à trois branches, qu'on allume à la procession du Samedi saint. Il symbolise les trois personnes de la Sainte Trinité. On l'appelle aussi : roseau.

Collecte -- (collection, réunion). Oraison dans laquelle le prêtre présente à Dieu toutes les intentions groupées des fidèles.

Confesseur -- 1° Celui qui professe publiquement sa foi en Jésus-Christ. Les saints sont les plus illustres des confesseurs de la foi. Ceux qui étaient papes ou évêques sont appelés confesseurs pontifes. Les autres, prêtres, religieux, moines, simples fidèles, sont appelés confesseurs non pontifes. Ceux qui sont morts en confessant leur foi sont désignés sous le seul nom de martyrs. 2° Prêtre qui confesse, entend les confessions des fidèles.

Conopée -- masc. Tenture dont on recouvre le tabernacle contenant le Saint-Sacrement, par respect pour N. S. Le conopée est, selon l'époque ou la fête, blanc, violet, rouge, vert.

Consacré -- Hosties consacrées : hosties sur lesquelles le prêtre a prononcé les paroles de la consécration. Vase consacré : vase liturgique spécialement bénit par l'évêque (calice, patène).

Consécration -- 1° Changement du pain et du vin au Corps et au Sang de N. S. Partie de la messe où se fait ce changement. Paroles de la consécration : paroles que prononce le prêtre pour opérer ce changement : ceci est mon Corps, ceci est mon Sang. 2° Bénédiction spéciale donnée par l'évêque à un vase liturgique, à un autel, à une église.

Crécelle -- Instrument de bois qui en tournant produit un son aigre. En signe de tristesse, la crécelle remplace la clochette habituelle aux offices, depuis le Gloria de la messe du Jeudi saint au Gloria du Samedi saint.

Crédence -- Petite table près de l'autel, sur laquelle on dépose les burettes, la navette, la sonnette et autres objets du culte.

Crosse -- fém. Bâton pastoral de l'évêque. Elle symbolise la houlette du berger servant à diriger le troupeau.

Dalmatique
-- Vêtement sacré du diacre et du sous-diacre. L'Église l'a emprunté aux Romains qui le tenaient eux-mêmes des Dalmates, d'où son nom. Les Dalmates habitaient les bords de la mer Adriatique.

Désir (communion de) -- appelée encore communion spirituelle. Elle consiste à exprimer à N. S. un vif désir de le recevoir dans l'Eucharistie, quand on ne peut le recevoir réellement et sacramentellement. Il convient de faire la communion spirituelle aux messes où l'on ne communie pas avec la sainte Hostie, et pendant les visites au Saint-Sacrement.

Diacre -- Ministre inférieur au prêtre. Sous-diacre : ministre inférieur au diacre. Le diaconat et le sous-diaconat sont des ordres majeurs qu'on reçoit avant la prêtrise, à laquelle ils sont une préparation. Le diacre marche à la droite du prêtre, chante l'Évangile et l'Ite missa est, à la messe solennelle, verse le vin dans le calice. Le sous-diacre marche à gauche, chante l'Épître, verse l'eau dans le calice. L'un et l'autre sont tenus de réciter chaque jour l'Office divin *.


Épître
-- Lettre écrite par un apôtre de N. S., surtout par saint Paul, et ordinairement envoyée aux chrétiens d'une ville, pour leur donner des conseils de vie chrétienne. S. Paul a écrit aux Romains, aux Hébreux, aux Galates, aux habitants d'Éphèse et de Thessalonique, etc... S. Pierre, S. Jacques, S. Jean ont aussi écrit des épîtres. 2° Passage d'une des lettres d'un apôtre ou d'un livre saint que le prêtre lit à la messe.

Eucharistie -- Sacrement qui contient N. S. J. C. On désigne l'Eucharistie sous des noms divers : Saint-Sacrement, à cause de son excellence ; Sacrement de l'autel, à cause du lieu où il est fait et conservé ; Sainte Hostie, parce que N. S. y est à l'état de victime ; Saintes Espèces, parce que N. S. est caché sous les apparences ou les espèces du pain et du vin ; Viatique, quand on le porte aux malades ; Sainte-Réserve, parce que, à la différence des autres sacrements, on le conserve, on le met en réserve aussi longtemps qu'on veut dans le tabernacle.

Eucharistique -- (du grec eu, bien ; châris, grâce). Prière eucharistique : prière en action de grâce. On a conservé le mot Eucharistie pour désigner le sacrement par lequel nous rendons à Dieu la plus parfaite des actions de grâces, le sacrement du Corps et du Sang de N. S.

Évangile -- Histoire de la vie et des enseignements de N. S. Cette histoire a été composée par quatre écrivains [évangélistes], C'est la raison pour laquelle on distingue quatre Évangiles (selon saint Mathieu, selon S. Marc, selon S. Luc, selon S. Jean). Tous vivaient au temps de N. S., et deux, S. Mathieu et S. Jean, ont été ses apôtres. On lit toujours, à la messe, un passage de l'Évangile. Pendant cette lecture, on se tient debout, par respect.

Exode -- Sortie. Livre composé par Moïse pour raconter la sortie des Hébreux de la terre d'Égypte.

Exorciser -- Chasser le démon.

Exorcisme -- Prière pour chasser le démon. Le prêtre, dans l'administration du baptême, prononce des exorcismes sur l'enfant qui va devenir chrétien, pour commander au démon de se retirer. Il prononce un exorcisme sur le sel, pour lui communiquer la vertu de sanctifier en éloignant le démon. Exorciste : celui qui a reçu de l'évêque le troisième ordre mineur donnant le pouvoir d'exorciser.

Exposition -- Action de placer l'ostensoir ou le ciboire contenant le Saint-Sacrement sur l'autel ou au-dessus de l'autel.

Exsultet -- Cantique chanté le Samedi saint pendant la bénédiction du cierge pascal. Exsultet est le premier mot de ce cantique, dans lequel on exalte le bienfait de la rédemption.

Ex-voto -- Mots latins signifiant : en vertu d'un voeu. Don fait à une église en exécution d'un voeu, ordinairement tableau, statue, croix d'honneur, plaque de marbre gravée.

Figure
-- Représentation anticipée, symbolique. Personnage, événement destiné à annoncer par avance et à faire connaître le Messie : Joseph vendu par ses frères est la figure de Jésus vendu par Judas. L'agneau pascal mangé par les Juifs est la figure de l'Eucharistie.

Flexe -- Mot latin, signifiant fléchis. Il indique, dans le chant grégorien, une inflexion de la voix, à certaines syllabes.

Fonts baptismaux -- Fontaine baptismale. 1° Bassin de pierre ou d'airain, dans lequel on conserve l'eau qui sert à baptiser. 2° Lieu où est placé ce bassin. On dit aussi baptistère.

Génuflexion -- Geste liturgique pour adorer Dieu. Il y a deux sortes de génuflexions : 1° la génuflexion à un genou : Abaisser le genou droit à côté du talon gauche ; 2° la génuflexion à deux genoux à terre, quand le Saint-Sacrement est exposé.

Gothique -- Qui appartient aux Goths, ancien peuple de la Germanie ; par extension, qui appartient au Moyen-Age. Style gothique : architecture en usage du XIIe au XVIe siècle, caractérisée par l'emploi de l'ogive.

Goupillon -- Petit bâton terminé par une éponge enfermée dans une boule, ou par une touffe de poils de renard, pour jeter de l'eau bénite. (Renard se disait en vieux français : goupil). Synonyme : aspersoir.

Gradin -- On désigne ainsi les degrés en arrière et au-dessus de l'autel, sur lesquels on place les chandeliers, les reliquaires, les vases de fleurs.

Graduel -- Psaume chanté sur le degré de l'ambon (voir Ambon). Par extension, livre qui contient ce chant et les autres chants de la messe.

Grégorien -- Chant grégorien : chant d'église attribué au pape S. Grégoire le Grand.

Hampe -- Long bâton servant de manche à la croix processionnelle.

Huméral -- Qui a rapport à l'épaule. Voile huméral : long voile dont le prêtre se couvre les épaules pour porter le Saint-Sacrement ou donner la bénédiction. On dit aussi écharpe.

Hymne -- fém. Poésie sacrée qu'on chante pendant l'Office divin.

Imposition
-- Action de mettre sur... Imposer les mains : étendre les mains sur la tête, pour bénir, pour communiquer le Saint-Esprit, à la Confirmation, à l'Extrême-Onction. Imposition des cendres : cérémonie qui consiste à tracer sur le front un signe de croix avec des cendres bénites. Imposition de l'encens : action de mettre l'encens dans l'encensoir.

In plano -- Sur le sol : à genoux in plano : à genoux sur le pavé.

Instrument de paix -- Image, en métal, de N. S. en croix, que les fidèles viennent baiser, en signe de paix, d'union et d'amour. On dit aussi : le baiser de paix ou l'osculatoire.

Jeûne -- Privation de nourriture. Jeûne ecclésiastique : jeûne imposé par le 5° commandement de l'Église, en esprit de pénitence. Jeûne eucharistique : jeûne qui consiste à ne rien prendre après minuit, quand on veut communier le lendemain.

Juxtaposé -- Placé l'un à côté de l'autre.

Latéral -- Situé sur le côté. Nefs latérales : parties de l'église situées à droite et à gauche de la nef centrale.

Lamentations -- Poèmes religieux composés par le prophète Jérémie, dans lesquels il gémit sur les malheurs de Jérusalem et sur les ruines du Temple. Nabuchodonosor, roi de Babylone, vint assiéger Jérusalem, détruisit la Cité sainte et le Temple, et emmena les Juifs en captivité (518 av. J. C.). Aux jours de la Passion et de la mort de Jésus, l'Église dans sa tristesse et sa douleur, reprend et chante les Lamentations.

Laudes -- (louanges). Partie de l'Office divin qu'on chante le matin, et qui se compose surtout de louanges à Dieu.

Leçon -- Lecture faisant partie de l'Office divin, extraite de l'Écriture Sainte, des Pères de l'Église ou de la vie des Saints.

Liturgie -- Science des cérémonies du culte public. Elle concerne spécialement les lieux, les objets et le temps du culte, les paroles, le chant, les gestes des ministres sacrés.

Liturgique -- Qui a rapport à la liturgie, qui concerne le culte.                              
Magnificat -- Cantique en l'honneur de la Sainte Vierge, désigné par son premier mot (S. Luc, ch. I). Les paroles en ont été prononcées par la Sainte Vierge elle-même, au jour de sa visite à sa cousine sainte Elisabeth, mère de saint Jean-Baptiste.

Mandatum -- 1° Premier mot de l'antienne par laquelle on commence la cérémonie du lavement des pieds, le Jeudi saint : Mandatum novum do vobis, je vous donne un commandement nouveau. 2° Désigne la cérémonie elle-même.

Marchepied -- Degré le plus large et le plus élevé devant l'autel, sur lequel marche le prêtre pendant la messe.

Martyre -- Supplice enduré par les chrétiens en témoignage de leur foi en J.-C. || Martyr : celui qui a souffert ce supplice. Le premier martyr est S. Etienne, lapidé à Jérusalem. || Martyrs du canon de la messe. Dans la primitive Église, l'évêque qui célébrait la messe inscrivait et nommait, au canon, les saints martyrs qui venaient de verser leur sang pour la foi ; c'était ce qu'on appelait canoniser. La liste s'allongeait à chaque persécution. On a seulement conservé, dans la suite, les noms des plus anciens et des plus célèbres, que le prêtre lit encore aujourd'hui, avant et après la consécration.

Avant la consécration : le prêtre invoque la Sainte Vierge, les Apôtres, puis les douze premiers martyrs les plus vénérés à Rome au IIIe et au IVe siècles : Lin, Clet, Clément, trois premiers successeurs de S. Pierre ; Sixte, Corneille, deux autres papes ; Cyprien, évêque de Carthage, en Afrique ; Laurent, diacre, brûlé vif pour avoir refusé de livrer le trésor de l'église, destiné à l'entretien des pauvres ; Chrysogone, illustre Romain, martyrisé sous l'empereur Dioclétien (300) ; Jean et Paul, deux frères martyrisés sous Julien l'Apostat (360) pour avoir refusé de sacrifier aux idoles ; Côme et Damien, deux frères médecins, livrés aux flammes, délivrés miraculeusement, puis crucifiés (vers l'an 286).

Après la consécration :
le prêtre invoque S. Jean-Baptiste, S. Etienne ; deux apôtres, S. Mathias et S. Barnabé non nommés auparavant ; S. Ignace d'Antioche, en Asie ; S. Alexandre, cinquième pape ; S. Marcellin et S. Pierre, martyrisés sous Dioclétien ; deux saintes femmes martyres, Félicité et Perpétue des vierges martyres pour lesquelles on avait, à Rome, une grande vénération, Agathe, Lucie, Agnès, Cécile ; Anastasie, veuve.

Memento
-- Mot latin signifiant : souviens-toi. Prière du canon de la messe, dans laquelle le prêtre rappelle le souvenir de ceux, vivants et morts, pour lesquels il veut prier.

Missel
-- Livre contenant les prières de la messe. Il est divisé selon l'ordre suivant : l° au milieu, le canon de la messe, dont les pages sont indiquées par les signets rouges. 2° Avant : les messes depuis le premier dimanche de l'Avent jusqu'à Pâques. 3° Après : les messes depuis Pâques jusqu'à l'Avent. 4° À la suite : les messes propres des saints, selon l'ordre de l'année liturgique qui commence à la fête de S. André (30 nov.). 5° Les messes communes des saints : messe d'un Apôtre, messes des martyrs, messe d'un confesseur * pontife, messe d'un confesseur non pontife ; messe d'une vierge, messe d'une sainte femme. 6° Messes votives (St-Esprit, Ste Vierge, Sts Anges, etc...) ; messes des défunts, messe de mariage. 7° Supplément contenant les messes particulières au diocèse.

Mitre
-- Coiffure de l'évêque pendant les cérémonies. Elle est munie de deux larges rubans retombant sur le dos et appelés fanons,
Monitions
-- (avertissement, annonce). Oraisons du Vendredi saint précédées d'un avertissement, où le prêtre annonce les intentions pour lesquelles il convient de prier.

Motet --
Petit morceau de chant liturgique, en l'honneur de N.-S., de la Sainte Vierge, d'un Saint.                                  
                                   
Navette
-- (navis, navire). Petit vase ayant la forme d'un navire, dans lequel on conserve l'encens.

Nef -- (navis, navire). Partie de l'église ayant la forme d'un vaisseau.

Nocturne -- Partie de l'Office divin que primitivement on chantait la nuit. L'Office comprend ordinairement trois nocturnes.

Noeud -- Partie renflée en forme de boule, vers le milieu de la hauteur, dans le calice, dans les chandeliers des acolytes.

Oblats -- Choses offertes. On désigne ainsi le pain et le vin qui sont sur l'autel, à l'offertoire. On dit encore : oblations.

Octave -- Huit. Les jours qui suivent une grande fête jusqu'au huitième, pendant lesquels on récite l'office ou la mémoire de la fête : octave de l'Épiphanie, de Pâques, de la Pentecôte.

Offerte -- Cérémonie aux jours d'obsèques, pendant laquelle les fidèles viennent baiser l'instrument * de paix et faire une offrande pour le sacrifice.

Office -- Cérémonie d'église. || Office divin : prière publique faite chaque jour par les prêtres, au nom de l'Église. L'Office divin comprend : les nocturnes, prières de la nuit ; les laudes, prières du matin ; prime, prière de la première heure, selon l'ancienne manière de compter (6 heures du matin) ; tierce, prière de la troisième heure (9 h. du matin) ; sexte, prière de la sixième heure (midi) ; none, prière de la neuvième heure, (3 h. du soir) ; vêpres et complies, prière du soir.

Oleum -- Mot latin signifiant : huile.

Onction -- Signe de croix fait par l'évêque ou le prêtre, avec l'huile sainte, sur une personne, une chose, pour la consacrer à Dieu, pour la purifier. On fait des onctions sur le corps, sur les colonnes d'une église, sur l'autel. Le prêtre fait des onctions sur l'enfant au baptême. Il en fait une dernière fois, sur le mourant en donnant le sacrement que, pour cette raison, on appelle extrême-onction.

Ordinaire -- L'ensemble des prières de la messe qui ne varient pas : Kyrie, Gloria, Credo, Sanctus, Canon, Agnus, Ite missa est.

Ordo -- (latin : ordre). Livre à l'usage des prêtres, contenant l'ordre de tous les offices de l'année, avec les indications utiles à leur célébration.

Osæe -- Prophète de Judée qui vivait 8 siècles avant J.-C. Il a prédit la ruine du royaume d'Israël tombé dans l'idolâtrie, et son relèvement.

Paraclet -- Un des noms du Saint-Esprit signifiant : consolateur. Le Saint-Esprit est la force et la consolation des âmes.

Patron -- Ange ou Saint dont on donne le nom à une personne, à une église. Les églises, comme les chrétiens, ont leur saint patron, sous la protection duquel elles sont placées. Fête patronale : fête du patron.

Pierre sacrée -- Pierre de l'autel renfermant dès reliques des saints, sur laquelle le prêtre pose l'hostie et le calice, à la messe. On y voit cinq croix gravées, en souvenir des cinq plaies de N. S.

Piscine -- Petit bassin à proximité de l'autel ou à la sacristie, ordinairement creusé dans la pierre, et muni d'un orifice d'écoulement, dans lequel on jette l'eau qui a servi à purifier les mains, les linges liturgiques. || Piscine des fonts baptismaux : piscine où coule l'eau qui sert à baptiser.

Plain-chant -- (planus, plane, uni, simple). Chant d'église, ainsi appelé par opposition à la musique profane qui est mouvementée, passionnée, tandis que le chant d'église est uni, simple, comme il convient au sentiment religieux.

Précieux Sang -- On désigne ainsi le vin consacré devenu le Sang de N. S. Prendre le précieux Sang : communier sous l'espèce du vin.

Préface -- Prière de la messe qui est comme l'introduction du canon, c'est-à-dire de la partie principale et invariable de la messe.

Présanctifié -- sanctifié, consacré d'avance. Messe des présanctifiés : messe du Vendredi saint, ainsi appelée parce que l'Hostie à été consacrée la veille. Le Vendredi saint, le prêtre ne fait pas de consécration.

Prône -- Partie de la messe pendant laquelle le prêtre est en chaire. Le prône comprend : l° des prières pour le pape, l'évêque, le chef de l'état, la paroisse, les défunts, 2° l'annonce des offices de la semaine et les publications de mariage, 3° l'instruction ou sermon.

Prostration -- Geste liturgique qui consiste à s'étendre sur le sol, en signe de respect profond et d'humilité devant Dieu. Le prêtre fait la prostration devant l'autel, à l'office du Vendredi saint.

Psaume -- Poème sacré qu'on chante pendant l'Office divin. Les psaumes sont des prières. Ils sont au nombre de 150. La plupart ont été composés par le roi David. Les psaumes sont divisés en petites parties, appelées versets.

Purification -- Action de purifier, de laver. Le prêtre ayant touché la sainte Hostie, lave légèrement ses doigts dans le calice ou dans un petit vase d'eau, pour en détacher les parcelles sacrées qui y adhéreraient.

Recto tono
-- d'un ton uniforme, sur le même ton, sur la même note.

Reliques -- Reste, ce qui reste du corps d'un saint, d'un objet qui a été à son usage, qui a servi à son supplice. || Reliquaire : coffret précieux dans lequel on conserve et on vénère les reliques.

Rémission -- Pardon, grâce. La rémission des péchés : le pardon des péchés.

Répons -- Prière servant de réponse ou de conclusion à une autre prière, à un verset : Amen, Et cum sptritu tuo. On l'indique ordinairement par le signe R/.

Réserve -- Sainte Réserve : Hosties consacrées que le prêtre réserve, conserve pour la communion des malades ; Hostie consacrée le Jeudi saint, et conservée pour la messe du Vendredi saint.

Retable -- (retro, en arrière). Ornement d'architecture en arrière et au-dessus de l'autel. Il consiste souvent dans un tableau, une statue, encadrés de colonnes.

Rite -- ou rit. 1° Manière, ordre, règle prescrite pour les cérémonies ; 2° ensemble de cérémonies suivies par une partie de l'Église : le rit romain, le rit grec. 3° Degré d'importance d'un office, d'une fête. Office de rite double : office dans lequel les antiennes sont doublées (avant et après le psaume) ; de rite double-majeur : office un peu plus important que le double ; de rite semi-.double : office un peu moins important ; de rite simple : office dans lequel les antiennes ne sont chantées qu'une fois.

Roman -- Style roman : architecture caractérisée par le plein-cintre, en forme de demi-circonférence. L'art roman dérive de l'art romain.

Rubrique -- (en latin rubrica, terre rouge). Règles à observer dans les divers offices du culte public, ainsi appelées parce qu'elles sont écrites en lettres rouges dans les livres liturgiques.

Sacerdoce -- Ministère du prêtre.

Sacerdotal -- Qui appartient au sacerdoce. Vêtements sacerdotaux : vêtements avec lesquels le prêtre remplit son ministère, célèbre la messe.

Sacré-Coeur -- Coeur de Jésus. Dévotion au Sacré-Coeur : culte d'adoration qu'on rend au Coeur de Jésus. N. S. apparut en 1689 à une religieuse du monastère de Paray-le-Monial (Saône-et-Loire), pour lui révéler et lui réclamer cette dévotion. Basilique du Sacré-Coeur : église construite à Montmartre, à Paris, en l'honneur du Sacré-Coeur. Fête du Sacré-Coeur : fête en l'honneur du Coeur de N. S. fixée au vendredi qui suit l'octave * de la Fête-Dieu. Statue du Sacré-Coeur : statue représentant N. S. montrant son Coeur à découvert, en signe d'amour pour les hommes.

Sacrifice -- Chose sacrée faite pour Dieu, offrande à Dieu. Sacrifice d'Abel : offrande des brebis de son troupeau. Sacrifice d'Abraham : offrande de son fils Isaac, figure de N. S. Sacrifice de Melchisédech : offrande par Melchisédech, roi de Salem, du pain et du vin, figure * de la messe. Sacrifice de la messe : offrande du Corps et du Sang de N. S. sous l'apparence du pain et du vin.

Saint-Sacrement -- Un des noms par lesquels on désigne l'Eucharistie. L'Eucharistie est le plus saint des sacrements, car elle contient N. S. lui-même. Les autres ne contiennent et ne donnent que la grâce.

Secrète -- Prière de la messe, à la suite de l'Offertoire, récitée à voix basse par le prêtre.

Séquence -- Suite. Prière chantée à la suite de l'Alleluia ou du Trait *, à la messe. On dit encore prose, parce que les paroles ne sont pas cadencées comme dans la poésie. Il n'y a plus aujourd'hui que cinq séquences : Victimæ paschali, à Pâques ; Veni Sancte Spiritus, à la Pentecôte ; Lauda Sion, à la Fête-Dieu ; Dies iræ, à la messe des morts ; Stabat Mater, à la fête de Notre-Dame des Sept-Douleurs. En outre, quelques séquences ont été accordées à divers diocèses, en l'honneur de leurs saints principaux.

Siméon -- Le saint vieillard qui se trouvait dans le Temple de Jérusalem, quand N. S. y fut porté, quarante jours après sa naissance. À la vue du Sauveur, il laissa éclater sa joie dans un cantique que nous chantons aux complies.

Station -- Tableau du chemin de la croix, devant lequel on s'arrête pour méditer et prier. Le chemin de la croix comprend 14 stations.

Style -- Manière de bâtir propre à une époque.

Symbole -- 1° Marque matérielle destinée à représenter une idée, à rappeler un souvenir : drapeau, symbole de la patrie, rameau d'olivier, symbole de la paix. 2° Abrégé de la foi : symbole des Apôtres.

Symbolisme -- Sens symbolique. Symbolisme des vêtements liturgiques : L'amict, couvrant les épaules signifie la force contre le démon ; l'aube blanche, la pureté ; le cordon fixé à la ceinture rappelle les liens qui attachèrent N. S. et signifie la chasteté ; le manipule passé au bras signifie les travaux de l'apostolat ; l'étole et la chasuble passées autour du cou signifient le joug du Seigneur, la fidélité à l'Église.

Table de communion -- Barrière, grille en avant de l'autel, où les fidèles viennent s'agenouiller pour communier. À la table de communion est suspendue la nappe de communion qu'on relève sous le menton, au moment de recevoir la sainte hostie.

Thabor -- 1° Montagne de Palestine sur laquelle N. S. apparut transfiguré à ses Apôtres. 2° Par analogie, support placé au milieu de l'autel, pendant le salut, et sur lequel on met en vue l'ostensoir.

Thessalonicien -- Habitant de Thessalonique, ville maritime de l'ancienne Grèce. S. Paul y prêcha l'Évangile et y fonda une petite colonie chrétienne. Chassé par la méchanceté de quelques habitants, il écrivit, aux fidèles convertis, des lettres d'encouragement dans la foi.

Thuriféraire -- (en latin thus, l'encens ; fero, je porte) Celui qui porte l'encensoir dans les cérémonies.

Trait -- Passage d'un psaume exécuté par le chantre d'un seul trait, après l'Épître. Il exprime ordinairement le deuil, le repentir. On le chante pendant le Carême et aux messes des morts.

Verset -- Voir Psaume.

Vigile -- Veille. On désigne ainsi les veilles de certaines fêtes : Noël, Pentecôte, Assomption, Toussaint. Ce sont des jours de pénitence et de préparation à la fête.

Zacharie -- Prêtre de l'Ancienne Loi, au temps d'Hérode, marié à une pieuse juive, Elisabeth, que la Sainte Vierge alla visiter. Zacharie et Elisabeth sont les parents de S. Jean-Baptiste. Cantique de Zacharie (S. Luc, I) : cantique prophétique prononcé par Zacharie à la naissance de Jean-Baptiste, pour exprimer sa joie et annoncer la grandeur future du nouveau-né.