Sancta Missa

Rites à observer dans la célébration de la messe
(Ritus Servandus)

Missel Romain 1962

  VI. L’épître, le graduel et ce qui suit jusqu’à l’offertoire

  Section précédenteIndex | Section suivante

 

  1.  Ayant dit les oraisons, le célébrant, posant les mains sur le livre, ou sur l’autel de manière que les paumes touchent le livre, ou bien (s’il le préfère) tenant le livre, lit l’épître à voix intelligible. De même, après la réponse du servant : Deo gratias, se tenant de la même manière, le célébrant poursuit la lecture du graduel, de l’Alleluia ou du trait, ainsi que de la séquence, s’ils sont à dire.

Cela fait, le prêtre lui-même à la messe lue, ou bien le servant, transporte le missel de l’autre côté de l’autel – le prêtre inclinant la tête vers la croix lorsqu’il passe devant le milieu de l’autel – et le pose du côté de l’évangile, de sorte que la partie postérieure du livre regarde ce côté de l’autel et non pas la paroi ou le bord de l’autel qui lui fait face.

2.  Après le déplacement du missel sur l’autel, le célébrant revient au milieu de l’autel, où il se tient, les mains jointes devant la poitrine, et après avoir levé les yeux vers Dieu et les avoir abaissés aussitôt, s’incline alors profondément et dit secrètement : Munda cor meum et Iube, Domine, benedicere, puis Dominus sit in corde meo, comme dans l’Ordinaire. Ces prières dites, il se rend au missel, où, tourné vers le livre, les mains jointes devant la poitrine, il dit à voix intelligible : Dominus vobiscum R/. Et cum spiritu tuo. Ensuite, du pouce de la main droite il trace le signe de la croix d’abord sur le livre, à l’endroit où commence [la péricope] de l’évangile qu’il va lire, ensuite sur soi-même, au front, à la bouche et à la poitrine, en disant : Sequentia ou Initium sancti Evangelii, etc. R/. Gloria tibi, Domine. Puis, ayant joint de nouveau les mains devant la poitrine, se tenant comme avant, il poursuit l’évangile jusqu’à la fin.

L’évangile achevé, le servant, debout du côté de l’épître derrière le plus bas degré de l’autel, répond : Laus tibi, Christe, et le prêtre, élevant un peu le livre, baise le début [de la péricope] de l’évangile en disant : Per evangelica dicta, etc., sauf aux messes des défunts. À moins qu’il ne célèbre en présence du Souverain Pontife, d’un cardinal, d’un légat du Siège apostolique, ou bien d’un patriarche, d’un archevêque ou d’un évêque dans leur lieu de résidence, auquel cas le livre est apporté au baiser du susdit prélat, et alors le célébrant ne le baise pas ni ne dit : Per evangelica dicta.

Au nom de JÉSUS, le célébrant incline la tête vers le livre ; et de la même manière il fait la génuflexion vers le livre quand il faut la faire pendant l’évangile.

3.  L’évangile dit, se tenant au milieu de l’autel tourné vers la croix, élevant et étendant les mains, le célébrant commence (si on doit le dire) le Credo. Lorsqu’il dit : in unum Deum, il joint les mains, et incline la tête vers la croix. S’étant redressé, il poursuit jusqu’à la fin avec les mains jointes devant la poitrine, comme avant. En disant Iesum Christum, il incline la tête vers la croix. Lorsqu’il dit Et incarnatus est, jusqu’à et Homo factus est inclusivement, il fait la génuflexion. En disant : simul adoratur, il incline la tête vers la croix. Quand il dit : Et vitam venturi sæculi. Amen, il fait sur soi le signe de croix avec la main droite depuis le front jusqu’à la poitrine.

4.  À la messe solennelle, vers la fin de la dernière oraison, le sous-diacre prend des deux mains le livre des épîtres, qu’il porte devant la poitrine, et, après avoir fait au milieu la génuflexion à l’autel, se rend à l’endroit en face de l’autel du côté de l’épître, où il chantera l’épître, que le célébrant écoute assis.

Le chant de l’épître achevé, le célébrant retourne au missel [sur l’autel]. Le sous-diacre, faisant de nouveau la génuflexion au milieu de l’autel, monte auprès du célébrant et, agenouillé, lui baise la main et reçoit sa bénédiction, sauf aux messes des défunts. Puis le célébrant lit à voix basse le graduel, etc., jusqu’à Munda cor meum exclusivement.

5.  Ensuite, au milieu de l’autel, le célébrant attend que le sous-diacre place le missel du côté de l’évangile et que le diacre dépose le livre des Évangiles au milieu de l’autel ; puis il impose et bénit l’encens de la manière habituelle. Alors le diacre, agenouillé sur le degré supérieur et incliné, dit : Munda cor meum, et prend l’évangéliaire sur l’autel ; de nouveau agenouillé sur le degré supérieur, il demande au célébrant la bénédiction et lui baise la main.

Précédé par le thuriféraire et les deux acolytes avec les chandeliers allumés pris sur la crédence, le diacre, avec le sous-diacre à sa gauche, se rend à l’endroit [de la proclamation] de l’évangile, en face de l’autel vers le peuple, où le sous-diacre tient le livre au milieu des deux acolytes portant les chandeliers allumés. Les mains jointes, le diacre dit : Dominus vobiscum. En disant : Sequentia, etc., il signe le livre au début de l’évangile, puis soi-même sur le front, la bouche et la poitrine. Alors il encense trois fois le livre, au milieu, à droite et à gauche, et poursuit [le chant] de l’évangile, les mains jointes.

Entre-temps le célébrant, ayant donné la bénédiction au diacre, se retire vers le côté de l’épître, où il se tient debout les mains jointes. Lorsque le diacre dit Sequentia sancti Evangelii le prêtre se signe ; et quand il prononce le nom de JÉSUS il incline la tête. Lorsque l’évangile est fini, le prêtre baise le livre que le sous-diacre lui a apporté, en disant : Per evangelica dicta, etc., et est encensé de trois coups par le diacre. En présence d’un prélat dans son lieu de résidence, c’est au prélat que l’on porte le livre à baiser, comme ci-dessus, et c’est lui qui est encensé, comme il est marqué au Cérémonial.

Ensuite le prêtre, debout au milieu de l’autel et tourné vers la croix, commence, si on doit le dire, le Credo ; le diacre et le sous-diacre se tiennent debout derrière lui, puis ils montent à l’autel et poursuivent le symbole avec lui comme il a été dit au Gloria in excelsis.

6.  Cependant, s’il y a prédication, le prédicateur prêche à la suite de l’évangile, et à la fin du sermon, ou de la harangue, on dit le Credo ou, s’il n’est pas à dire, on chante l’antienne de l’offertoire.

7.  Après le chant dans le symbole de Et incarnatus est, le diacre prend la bourse sur la crédence. Tenant la bourse élevée des deux mains, faisant les révérences habituelles, il l’apporte au milieu de l’autel, où il déplie le corporal ; puis il retourne auprès du célébrant.

Lorsqu’on ne dit pas le Credo, le sous-diacre apporte la bourse en même temps que le calice, comme il sera dit plus loin.

8.  À la messe chantée, l’épître peut être chantée par un servant ; sinon il suffit qu’elle soit lue par le célébrant, qui pourrait toutefois la chanter à la manière habituelle.

Si on fait les encensements, le célébrant impose et bénit l’encens au milieu de l’autel avant de dire Munda cor meum ; il encense le missel de trois coups après les mots Sequentia ou Initium sancti Evangelii, etc. Toutefois, après avoir chanté l’évangile, le célébrant n’est pas encensé.
      

Ceremoniaire.net
www.SanctaMissa.org
Tutoriel pour la Messe Tridentine en Latin (Français) | Tutorial on the Tridentine Latin Mass (English)
Tutoriel en ligne pour les prêtres | Rubriques du Missale Romanum de 1962 | Apprendre à servir la Messe
Spiritualité de la Messe tridentine | Livres liturgiques et ressources | Musique sacrée de la liturgie
De la Sacristie à l'Autel | L'année liturgique

Questions souvent posées | Lettre du Supérieur
 Dédicace du site Web | Nous contacter | Comment nous aider

Copyright © 2008. Les Chanoines Réguliers de Saint-Jean-de-Kenty. Tous droits réservés.