Sancta Missa

Rites à observer dans la célébration de la messe
(Ritus Servandus)

Missel Romain 1962

  V. L’oraison

  Section précédenteIndex | Section suivante

 

  1.  Après avoir dit l’hymne Gloria in excelsis, ou l’ayant omise s’il ne faut pas la dire, le célébrant baise l’autel au milieu en y posant les mains étendues de part et d’autre comme avant ; puis, joignant les mains devant la poitrine et baissant les yeux vers le sol, il se tourne de gauche à droite vers le peuple, c’est-à-dire par la direction qui regarde le côté de l’épître. Étendant puis joignant les mains devant la poitrine, comme avant, il dit d’une voix claire : Dominus vobiscum, ou s’il est évêque : Pax vobis (ce qu’il dit à cet endroit seulement, lorsqu’on a dit l’hymne Gloria in excelsis). R/. Et cum spiritu tuo.

Les mains jointes comme auparavant, il revient par la même voie au livre [au coin de l’épître], où, étendant puis joignant les mains devant la poitrine, et inclinant la tête, il dit : Oremus. Alors, les mains étendues devant la poitrine, et les doigts joints ensemble, il dit l’oraison : en disant Per Dominum, il joint les mains et les garde jointes jusqu’à la fin. Si l’oraison se conclut par Qui tecum ou par Qui vivis, il joint les mains lorsqu’il dit in unitate.

2.  Le prêtre incline la tête lorsqu’on prononce le nom de JÉSUS ou de MARIE, pendant une oraison ou ailleurs dans la messe, et de même lorsqu’on profère le nom du Saint ou du Bienheureux dont on dit la messe, ou dont on fait commémoraison, ou le nom du Souverain Pontife.

S’il faut dire plusieurs oraisons, on observe en chacune d’elles ce qu’on vient de dire au sujet de la voix, de l’extension des mains et de l’inclination de la tête.

3.  Si l’autel est orienté de sorte que le célébrant se tenant à l’autel a la face tournée vers le peuple, il ne tourne pas le dos à l’autel pour dire Dominus vobiscum, Orate, fratres, Ite, missa est, ou pour donner la bénédiction ; mais, ayant baisé l’autel au milieu, c’est de là que, étendant puis joignant les mains, comme plus haut, il salue le peuple et donne la bénédiction.

4.  Chaque fois que la messe à dire contient les mots Flectamus genua.Levate, le prêtre, ayant dit Kyrie, eleison au milieu de l’autel, regagne le côté de l’épître, où, debout devant le livre, étendant puis joignant les mains devant la poitrine, la tête inclinée, il dit Oremus, puis Flectamus genua. Aussitôt, les mains étendues sur l’autel pour s’appuyer, il fléchit les deux genoux ; il prie en silence [agenouillé], les mains jointes, pendant un certain laps de temps ; puis il dit Levate, se lève, et, les mains étendues, dit l’oraison.

La lecture qui suit est lue de la manière qu’on dira plus loin à propos de l’épître.

À la messe solennelle, lorsque le célébrant dit Dominus vobiscum et l’oraison, le diacre et le sous-diacre se tiennent debout derrière lui. Flectamus genua et Levate sont chantés par le diacre ; le célébrant et tous les autres fléchissent les deux genoux et prient comme il vient d’être dit. Le diacre chante Flectamus genua avant de fléchir les genoux, et Levate avant de se lever.

      

Ceremoniaire.net
www.SanctaMissa.org
Tutoriel pour la Messe Tridentine en Latin (Français) | Tutorial on the Tridentine Latin Mass (English)
Tutoriel en ligne pour les prêtres | Rubriques du Missale Romanum de 1962 | Apprendre à servir la Messe
Spiritualité de la Messe tridentine | Livres liturgiques et ressources | Musique sacrée de la liturgie
De la Sacristie à l'Autel | L'année liturgique

Questions souvent posées | Lettre du Supérieur
 Dédicace du site Web | Nous contacter | Comment nous aider

Copyright © 2008. Les Chanoines Réguliers de Saint-Jean-de-Kenty. Tous droits réservés.