Cliquer pour revenir à la page d'accueil
Sancta Missa - Tutorial on the Tridentine Latin Mass according to the 1962 Missale Romanum (Roman Missal)

Questions souvent posées

LE LATIN, SOURCE D’UNITÉ

1.  Les autres chrétiens se servent-ils d’une langue morte pour leur culte ?

Le Latin est bien adapté aux besoins de l’Église catholique parce qu’il est à la fois vénérable et mystérieux. Il est vénérable du fait de son origine et de son antiquité, il est la langue qui permit aux chrétiens de louer Dieu au cours des premiers siècles. Il est très beau et très important de penser que le Saint Sacrifice est aujourd’hui offert dans la même langue, bien mieux, avec les mêmes paroles qu’aux époques lointaines où il était offert dans l’obscurité des catacombes. Il y a aussi une note de mystère dans le Latin, langue morte non comprise par le peuple. L’usage d’une langue inconnue indique à l’intelligence ordinaire que quelque chose qui dépasse sa compréhension se passe sur l’autel, qu’un acte mystérieux est en cours. Aux premiers siècles, on tirait habituellement un rideau entre le Sanctus et la Communion, de manière à cacher l’autel aux yeux des assistants. Cette pratique a été abandonnée, mais l’usage d’une langue inconnue a un peu le même effet, car elle met dans l’esprit du peuple une terreur sacrée. Il est remarquable que les Israélites et les païens, quand ils adoraient leur Dieu, se servaient d’une langue qui n’était pas familière au peuple. Les Israélites faisaient usage de l’Hébreu ancien, la langue des patriarches, et nous ne voyons nulle part que Notre Seigneur ou ses apôtres auraient censuré cette pratique. L’Église grecque, tant l’orthodoxe que la schismatique, emploie dans sa liturgie l’ancienne forme de la langue grecque, aujourd’hui non parlée. La même langue est en usage dans l’Église russe (dite « Orthodoxe »), et non la langue vernaculaire qui est un parler slave.

Retour vers les catégories »

2.  Le Latin dans la liturgie peut-il favoriser l’unité de l’Église ?

L’usage du Latin est un moyen pour maintenir l’unité de l’Église, ainsi que l’uniformité de sa liturgie. En effet, l’usage d’une langue unique dans toutes les églises catholiques de la planète est un lien qui les relie à Rome, et qui fait l’unité des nations séparées par la diversité des langues. Le Latin, en tant que langue de l’Église, unit toutes les nations et les fait membres de la famille de Dieu et du Royaume du Christ. L’autel terrestre est une figure de la Jérusalem céleste : là, une grande multitude de peuples et de langues se tiennent autour du trône, louant Dieu. En outre, l’usage du Latin, la langue de l’ancienne Rome, nous rappelle constamment notre dépendance à l’égard de la Sainte Église Romaine, elle nous rappelle silencieusement que c’est de là, de l’Église-Mère, que partirent les premiers missionnaires qui apportèrent la Foi à nos rivages.

Retour vers les catégories »

3.  L’usage du Latin peut-il contribuer à préserver la Foi catholique des hérésies ?

L’usage d’une langue morte est un rempart contre de nombreux maux; il n’est pas sujet à changement, mais il reste le même au cours du temps. Les langues courantes subissent un processus de changement continuel, des mots disparaissent, leur sens est altéré au fil des années. Si on employait une langue vivante pour la divine liturgie, des hérésies et des erreurs se glisseraient inévitablement dans l’Église.

Retour vers les catégories »
Canons Regular of Saint John Cantius
www.SanctaMissa.org
Tutoriel pour la Messe Tridentine en Latin (Français) | Tutorial on the Tridentine Latin Mass (English)
Tutoriel en ligne pour les prêtres | Rubriques du Missale Romanum de 1962 | Apprendre à servir la Messe
Spiritualité de la Messe tridentine | Livres liturgiques et ressources | Musique sacrée de la liturgie
De la Sacristie à l'Autel | L'année liturgique

Questions souvent posées | Lettre du Supérieur
 Dédicace du site Web | Nous contacter | Comment nous aider

Copyright © 2008. Les Chanoines Réguliers de Saint-Jean-de-Kenty. Tous droits réservés.